La réforme, ou comment la nouvelle organisation du territoire impacte notre société

Les chroniques d’Athénaïs Lovici

Les temps changent, les technologies évoluent, les lois s’adaptent, mais qu’en est-il de la population ? Comment la politique d’aujourd’hui impactera le monde de demain ?

La réforme est un mot qui fait directement écho à notre société, elle a pour objectif de modifier une organisation pour mieux convenir aux évolutions du monde. Elle entraîne parfois des changements radicaux de nos habitudes.

À l’heure actuelle, notre pays connait plusieurs changements. Ces changements sont de différentes natures :

  • La première est d’ordre organisationnel.
  • La seconde touche directement à la liberté.

Nouvelle Organisation du Territoire - Partie 2.
Deuxième étape logique du regroupement de notre territoire, la loi NOTRe II entraine une globalisation et une centralisation massive des pouvoirs politiques. On peut penser que cette nouvelle organisation est une avancée importante vers un fédéralisme, mais elle répond davantage à un objectif de sectorisation, voir de division.
Chaque élément qui la compose (villes, agglomérations) est ainsi déposé dans une case bien précise, de la même manière que des données informatiques. La raison serait-elle sécuritaire ?
Le territoire métropolitain est progressivement passé de 22 à 12 régions pour aujourd’hui finir son évolution sur 5 Grandes, « Immenses » Régions devrais-je dire. Chacune disposant de sa propre Capitale et dépendant de la « Capitale des Capitales ».

Loi sur le Renseignement.
Quel avis peut avoir le citoyen sur la nature de cette loi lorsque ce dernier n’a rien à se reprocher. Terrorisme, incivilités, tensions sociales, de nombreux sujets à la une des journaux, émissions de télévision, réseaux sociaux ont permis l’adoption de nouvelles lois qui mettent directement en cause le principe de Liberté !
Bien qu’aujourd’hui, à l’heure où tout le monde est connecté, on peut se demander si les informations qui circulent sur les réseaux appartiennent encore aux personnes qui les rédigent ou si elles deviennent de fait propriété de nos gouvernements par une mainmise évidente sur les entreprises qui ont permis la croissance des réseaux sociaux et du numérique.
Il faudrait de toute évidence passer en revue un à un chaque point de cette loi pour démontrer s’ils répondent clairement à un nécessité ou si ils sont uniquement le fruit de trop nombreuses spéculations et exagérations médiatiques.

Vers une société numérique...
L’objectif de tous ces changements ne serait-il pas l’entrée progressive dans une société 100% numérique, où le contrôle est omniprésent et où les citoyens, réduits à l’état de consommateurs subissent au quotidien les contrôles permettant de garantir leur “liberté”.

Partager sur
les réseaux sociaux